DON pour l'AFCEL afin de conforter le Pôle des Arts du Livre (cliquer sur le logo ci-dessous)

ADHÉSION & ABONNEMENT via HELLOASSO par CB sans frais (cliquez sur le logo ci-dessous)

Notre partenaire privilégié

mercredi 31 décembre 2008

Précision supplémentaire


Ref: Charles-Nicolas HOLLANDE de COLMY

Merci à Bertrand de nous avoir communiquer les dimensions de l'ex-libris POTIER [100 x 67 mm]

Quant à la technique du pochoir voilà ce qu'en disait notre présidente d'honneur :
Le pochoir
La technique du pochoir, inventée vers le milieu du XVIe siècle, réapparaît au milieu du XVIIIe siècle (ex-libris de Hardy [1747], Bridoul [ca 1750] entre autres). Il s'agit plutôt d'une technique d'impression que d'un procédé de gravure proprement dit, aussi les gens de métier ne s'y compromettaient-ils point. Elle était pratiquée par de petits artisans ou plus précisément par les bibliophiles eux-mêmes qui n'osaient se risquer dans les arcanes de l'eau-forte.
Le pochoir ou frisquette est composé d'un cadre sur lequel on colle une feuille de papier fort. On découpe au canif tout ce qui doit venir à l'impression, laissant subsister la place des blancs, de telle sorte que la feuille à imprimer, placée sous ce tympan, soit préservée de tout maculage. Le bristol peut être remplacé par une fine plaque de métal, comme pour l'ex-libris Hollande de Colmy (reproduction ci-dessus). On pose cette forme sur le papier que l'on veut imprimer et, à l'aide d'un pinceau ou d'une brosse, on peint les parties évidées. La particularité du pochoir est qu'il s'agit d'un élément mobile dont les vides ne peuvent se rejoindre entre eux. Ce qui conduit à se limiter à des tracés relativement grossiers ou très simplifiés. Les résultats sont rarement esthétiques; les contours étant souvent baveux. Comme pour les autres procédés de gravure, le nom de la technique désigne aussi l'objet ainsi exécuté.
On a dit que l'emploi du pochoir pour l'impression des ex-libris avait été motivé par les troubles de la Révolution. Ce qui est inexact puisqu'on voit apparaître les premiers ex-libris au pochoir vers 1750. (Ex-libris de Fr. Ph. d'Anthès, de Martin de Julvécourt, et d'autres). Ce procédé simple et peu onéreux sera employé pendant les années de récession de la Révolution, puis quelque temps encore durant les premières années du XIXe siècle. Il disparaîtra totalement par la suite.

in L’Ex-Libris, Histoire, Art, Techniques / Germaine MEYER-NOIREL / Edit. Picard 1989 / page 131.

mardi 30 décembre 2008

IDENTIFICATION EX-LIBRIS POCHOIR du XVIII°s.


Réponse de Jacques à Bertrand : http://le-bibliomane.blogspot.com/
Il s’agit de l’ex-libris de N. Potier : Lorraine : Nancy (54) / Provincial des guerres en Lorraine et co-locataire avec M. Delmas, commissaire-ordinaire Hôtel Ferraris rue du Haut-Bourgeois à Nancy 1755. Aurait préparé un “Dictionnaire de Guerre et de Marine “. P0578.
C'est un pochoir.
D’avance nous remercions Bertrand de bien vouloir nous communiquer les dimensions exactes de ce bel ex-libris du XVIIIè S.

Relevé sur AbeBooks.fr à propos d'ex-libris.

Légende:ALHOY MAURICE : Physiologie de la Lorette.
Éditeur : Paris. Aubert. Lavigne. S.D. ( 1841 ). Date d'édition : 1841 Reliure : Hardcover
Description : In 32 de 127 et 1 pp. Vignettes de Gavarny. Demi veau dos lisse orné d' un motif romantique. Bel exemplaire de cette édition originale, dans une reliure de Simier. De la bibliothéque de Pierre Latrobe avec son ex-libris

En provenance du site http://www.abebooks.fr et de la lettre AbeBooks news@newsletter.abebooks.com
La lettre du bibliophile sous le titre EX-LIBRIS ET REALISME livre l’article suivant :


Les ex-libris, marques d'appartenance d'un livre à son propriétaire, sont particulièrement esthétiques et apportent en outre énormément de valeur au livre si le propriétaire est illustre. Lorsqu'ils viennent orner de grandes oeuvres de Voltaire, l'Abbé Prévost ou Pierre Larousse, ils font de ces exemplaires des pièces de collection. Les ex-libris se présentent généralement sous la forme de gravures : impression en relief, à plat ou en creux, lithographie, mais il peut également s'agir d'une simple inscription manuscrite.
Le courant littéraire du réalisme va de pair avec Guy de Maupassant. Le romancier demeure une des figures marquantes de la littérature française. Ses oeuvres principales sont devenues de grands classiques qui n'ont aucunement perdu de leur popularité au fil du temps. Dans des éditions exceptionnelles d'une grande rareté, ses plus belles oeuvres revêtent encore plus de charme. Voici certaines des plus belles éditions de collection du maître du réalisme.
EX-LIBRIS
Possédez-vous des ex-libris ? Avez-vous déjà eu entre les mains des ouvrages ayant appartenu aux plus grands ? Parcourez ces pages autrefois feuilletées par d'illustres bibliophiles. Imaginez-vous dans la peau du Comte de Chambord, d'Henri V de France, d'un des Princes de Crouy ou encore du Duc de Bordeaux... voire de la Marquise de Fleury !
Le saviez-vous ? L'une des premières formes de l'ex-libris remonte à 1400 avant Jésus Christ, dans l'Egypte antique. Au Moyen-Âge, son usage se généralise, et il est courant de dresser la liste des propriétaires successifs d'un livre. En effet, à cette époque, les livres sont destinés exclusivement à la noblesse et au clergé. C'est pourquoi les premiers motifs qui ornent les ex-libris sont héraldiques : il s'agit du blason de la famille du propriétaire. Peu à peu, les figures allégoriques ou symboliques remplacent les armoiries, et ces figures ont pour but de représenter les caractéristiques principales du propriétaire, qui est encore le plus souvent issu de la noblesse ou du clergé. Enfin, l'ex-libris peut comporter le nom ou les initiales du propriétaire, ainsi que sa signature.
C'est à partir de la fin du 19ème siècle que l'on commence réellement à collectionner les ex-libris. A travers la diversité des formes que l'ex-libris peut adopter, un unique critère demeure pour qu'il s'agisse d'un vrai ex-libris de collection : il doit réellement servir à identifier le propriétaire du livre. A l'heure actuelle, on dénombre plus d'une dizaine de milliers de collectionneurs dans le monde, pour la plupart des bibliophiles.
A travers cette marque d'appartenance, le propriétaire témoigne assurément de son attachement au livre et de son bonheur de le posséder. Votre bonheur sera certainement aussi grand : contemplez ces ouvrages de toute beauté.

vendredi 26 décembre 2008

IDENTIFICATION d'EX-LIBRIS


Notre collègue du blog d'à côté (http://le-bibliomane.blogspot.com/) aimerait avoir des précisions quant à cette marque. Merci de bien vouloir éclairer sa lanterne et la nôtre !

samedi 20 décembre 2008

Demande d'identification



Ex-libris héraldique à identifier.
Merci d'avance pour votre sagacité !
et merci à Jacques qui réponds ainsi à la demande de Bertrand :
http://le-bibliomane.blogspot.com/
en identifiant cet ex-libris comme étant celui de la famille BOUSSAC. XVIIe s. (Répertoire GMN-B2031)

dimanche 14 décembre 2008

IDENTIFICATION d'EX-LIBRIS



Demande d'identification


Toutes les indications à propos de cet ex-libris seraient les bienvenues : sur le titulaire (A. de Foville) mais aussi sur le créateur [monogramme dans le coin inférieur droit = JC ou JG ou CC ou )( ]