DON pour l'AFCEL afin de conforter le Pôle des Arts du Livre (cliquer sur le logo ci-dessous)

ADHÉSION & ABONNEMENT via HELLOASSO par CB sans frais (cliquez sur le logo ci-dessous)

Notre partenaire privilégié

mercredi 31 décembre 2008

Précision supplémentaire


Ref: Charles-Nicolas HOLLANDE de COLMY

Merci à Bertrand de nous avoir communiquer les dimensions de l'ex-libris POTIER [100 x 67 mm]

Quant à la technique du pochoir voilà ce qu'en disait notre présidente d'honneur :
Le pochoir
La technique du pochoir, inventée vers le milieu du XVIe siècle, réapparaît au milieu du XVIIIe siècle (ex-libris de Hardy [1747], Bridoul [ca 1750] entre autres). Il s'agit plutôt d'une technique d'impression que d'un procédé de gravure proprement dit, aussi les gens de métier ne s'y compromettaient-ils point. Elle était pratiquée par de petits artisans ou plus précisément par les bibliophiles eux-mêmes qui n'osaient se risquer dans les arcanes de l'eau-forte.
Le pochoir ou frisquette est composé d'un cadre sur lequel on colle une feuille de papier fort. On découpe au canif tout ce qui doit venir à l'impression, laissant subsister la place des blancs, de telle sorte que la feuille à imprimer, placée sous ce tympan, soit préservée de tout maculage. Le bristol peut être remplacé par une fine plaque de métal, comme pour l'ex-libris Hollande de Colmy (reproduction ci-dessus). On pose cette forme sur le papier que l'on veut imprimer et, à l'aide d'un pinceau ou d'une brosse, on peint les parties évidées. La particularité du pochoir est qu'il s'agit d'un élément mobile dont les vides ne peuvent se rejoindre entre eux. Ce qui conduit à se limiter à des tracés relativement grossiers ou très simplifiés. Les résultats sont rarement esthétiques; les contours étant souvent baveux. Comme pour les autres procédés de gravure, le nom de la technique désigne aussi l'objet ainsi exécuté.
On a dit que l'emploi du pochoir pour l'impression des ex-libris avait été motivé par les troubles de la Révolution. Ce qui est inexact puisqu'on voit apparaître les premiers ex-libris au pochoir vers 1750. (Ex-libris de Fr. Ph. d'Anthès, de Martin de Julvécourt, et d'autres). Ce procédé simple et peu onéreux sera employé pendant les années de récession de la Révolution, puis quelque temps encore durant les premières années du XIXe siècle. Il disparaîtra totalement par la suite.

in L’Ex-Libris, Histoire, Art, Techniques / Germaine MEYER-NOIREL / Edit. Picard 1989 / page 131.

1 commentaire:

  1. Merci de ces précisions et de la photo COLMY très intéressante,

    bonnes fêtes à toutes et à tous,
    pleine de livres, d'ex libris, de bibliothèques, de librairies, de blogs,

    Bertrand

    RépondreSupprimer